8 façons de faire fuir un recruteur

Comment rater son recrutement en 7 leçons :

~

Pour faire suite à mon précédent article « Les erreurs des recruteurs qui donnent mauvaise mine à votre Marque Employeur » qui a m’a valu plus de 700 visites en moins de 24h, il m’a semblé intéressant d’inverser les rôles. En d’autres termes, comprendre comment un candidat peut nuire à sa propre image.

 

« Bonjour je suis Monsieur tout le monde »
La personnalisation de votre e-mail de candidature, votre CV et votre lettre de motivation est une étape obligatoire, sous peine de voir une opportunité d’entretien vous passer sous le nez. Vous savez les recruteurs reçoivent des centaines de candidatures par jour (pour un seul poste parfois) et la personnalisation reste un moyen incontestable de leur montrer votre intérêt. Vous devez réutiliser le nom du poste (voir son code), le nom du destinataire (s’il est donné) et mettre en avant les mots clés et les compétences demandées. De plus, n’oubliez pas de nommer le nom de l’entreprise et d’éviter les phrases banales du type « je postule chez vous car vous êtes une entreprise internationale de renommée », je suis sûre que vous pouvez trouver mieux !

« J’èspaire que mon praufile retienndra votre intantion . »
Parfois je me dis qu’heureusement les corrections automatiques sur Word existent – et encore cela ne corrige pas tout. Si vous savez que vous n’êtes pas doué en orthographe, faites relire votre CV, votre lettre de motivation, votre mail de candidature – ou investissez en Bescherelle et Bled. Les fautes d’orthographe sont souvent signe de « je-m’en-foutisme », de négligence et sont très mal vues par les recruteurs (surtout si vous êtes dans le milieu de la Communication). Les fautes de ponctuation – plus acceptées je vous l’accorde – ne sont pas à délaisser également. Revoyez ces règles simples comme l’espace avant et après les « : » (eh oui c’est uniquement en Anglais qu’il n’y a qu’un seul espace après !). Des éléments, peut-être minimes, mais qui feront toute la différence.

Vous avez été tagué sur 6 photos de l’album « Beuverie de malade »
Comme tout le monde (ou presque) je suis sûre que vous possédez un compte sur les réseaux sociaux de type Facebook. Compte professionnel ou personnel, bien que je pencherai plus pour le personnel – là est bien le problème. La plupart des gens ont tendance à être sur ces plateformes afin de partager des informations, de renouer des liens, de mettre en ligne des albums photos, etc. Si vous ou même un de vos contacts ne prêtez pas attention aux mesures de confidentialité, vous risquez de voir votre vie perso à la portée de tout individu farfouillant sur Internet – comme les recruteurs.  Il ne faut pas se leurrer, tout le monde a une vie privée – plus ou moins « animée » – mais celle-ci doit rester confidentielle de peur d’abimer votre image professionnelle. Bien que je sois la première à dire que chaque personne peut faire la différence entre vie privée et vie professionnelle, cela n’est malheureusement pas le cas de tous les recruteurs qui se laissent facilement influencés par le mauvais côté de la chose.

10 jours plus tard… « Je reviens vers vous… »
Les candidats sont les premiers à se plaindre du temps d’attente du retour de leur candidature ou tout simplement du non retour – et il y a de quoi. Mais quand vous recevez une offre d’emploi et si elle vous intéresse, vous devez postuler directement, engager un dialogue et répondre le plus clairement et le plus vite possible. Les recruteurs aiment cette spontanéité, ce dynamisme, cette mise à disposition directe. Il peut arriver que vous ayez un contretemps, rien de plus simple : signalez-le, sinon le recruteur pourrait penser que vous n’êtes plus intéressé. Dans le cas contraire, si l’offre d’emploi ne vous intéresse pas, prenez la peine de remercier la personne et d’expliquer votre refus de candidature – parfois une opportunité plus adéquate se trouve derrière.

« Je suis presque à l’heure, ça va mec ? »
De manière exagérée cela résume tout. Vous arrivez à l’entretien sans dire « Bonjour » (aux personnes rencontrées en plus du recruteur) alors que c’est la moindre des politesses, sans oublier de dire également « au revoir » et surtout « merci ». Vous êtes en retard – cela peut arriver à tout le monde encore une fois – mais prenez la peine de vous excuser et de donner un motif valable. Langage familier ou tutoiement, vous oubliez. Même si la personne d’en face se le permet (ce dont je suis tout à fait contre), c’est un manque de respect total.

« Votre tenu est… originale »
Quand vous allez passer un entretien, soyez apprêté. Cela inclus : la coiffure, le maquillage (pour les filles bien évidemment), l’habillement et la façon de se tenir. Il faut avouer que dans des métiers comme Chargé de Relations Presse, on peut se permettre d’être originale – et encore, ça passe ou ça casse. La coiffure, le maquillage doivent être simples et classiques. Vous pouvez vous permettre une touche d’originalité mais évitez le « mode sapin de noël ». La façon d’être et de se tenir, comme une poignée de main ferme sont des éléments fondamentaux. Il existe plein de conseils à ce niveau là, comme ne pas croiser les bras, se tenir droit et bien d’autres encore. Alors faites des entretiens blancs ou entrainez-vous devant une glace, nous avons tous des mimiques à revoir !

Le mode touriste
Quand vous venez passez un entretien ne venez jamais les mains vides. Munissez-vous toujours d’un double de votre CV et de votre lettre de motivation, on ne sait jamais ! Vous pouvez également vous munir de lettre de recommandation de vos anciens employeurs ou professeurs pour démontrer vos compétences et vos traits de personnalité. En effet, attendez-vous à ce que les recruteurs vous demandent un ou des contacts qui pourraient appuyer votre candidature afin de se renseigner sur l’authenticité de vos propos. Autrement dit, arrondissez les angles si vous le voulez mais restez dans le vrai sinon cela risque de mal tourner pour vous. Le portfolio est aussi un élément apprécié par les recruteurs, même s’il reste encore un élément utilisé la plupart du temps dans le milieu créatif. A cette liste, vous devez ajouter de quoi écrire et prendre des notes, en ce qui concerne le poste et l’entreprise – une évidence d’intérêt ne peut faire de mal. De même la préparation de votre entretien passe également par lister un nombre de questions concernant le poste et l’entreprise pour ne pas rester bouche bée devant le recruteur quand il vous posera la question récurrente suivante : « avez-vous des questions ? ».

Bonne nuit les petits
Même si vous êtes de nature timide, je suis sûre que vous pouvez regarder votre interlocuteur dans les yeux. Pas plus tard qu’y hier je lisais qu’un recruteur avait passé une heure à parler avec un candidat qui regardait le plafond. Pour le coup, c’est sûr qu’il va rester dans les archives celui-là mais pas pour les bonnes raisons. Certains candidats récitent par cœur leur CV tels des enfants récitant leur poésie… et pendant ce temps là, on entend les ronflements du recruteur. Bon, ce n’est pas ce qui se passe en réalité bien évidemment, mais je ne pense pas être si loin du compte. En tant que candidat vous vous devez d’être de bon storyteller pour garder votre public éveillé. Montrer de l’enthousiasme et non de la passivité. Attention je ne vous demande pas de danser sur la table pour attirer l’attention mais d’être dynamique et intéressé.

~

Une réflexion sur “8 façons de faire fuir un recruteur

  1. Pingback: 8 façons de faire fuir un recruteur - comment un candidat peut nuire à sa propre image. | Conseils recherche d'emploi | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s